La fusion « santé-environnement » : une dynamique inévitable ?

    Le dit ministre d’Etat « participe en relation avec les intéressés…..à la détermination de la politique de la santé en tant que cette dernière est liée à l’environnement« . C’est que nous lisons à Article 1/3°/ c) du décret relatif aux attributions du ministre d’Etat, ministre de la transition écologique et solidaire qui vient d’être publié. Il porte la date du 24 mai 2017 et est enregistré sous le n° 2017-1071.

    En quelque sorte nous avons donc un ministre de la santé environnementale qui aura à sa charge les pollutions, la qualité de l’air intérieur, la consommation d’énergie, les risques émergents relatifs aux champs èlectromagnétiques, les perturbateurs endocriniens, les effets sanitaires dus au changement climatique, bref, toute la prévention.

    Occasion supplémentaire de rappeler avec insistance que la fusion des deux ministères intéressés serait de nature à favoriser les nécessaires prises de décisions en matière de santé-environnement. Avec l’inconvénient que cela ferait un maroquin de moins à offrir à un allié potentiel.

    Ainsi que nous le pensions Nicolas HULOT pourrait être une chance pour le système de santé et la protection des générations futures dans la mesure où son collègue, le ministre de la santé en titre, ne passera pas son temps à lutter contre les dynamiques écologiques et environnementales qu’il voudrait favoriser, comme c’était le cas encore hier.

    L’avenir nous le dira très vite.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi