Sortir du « tout chimique » ? – On va traiter Alzheimer par la lumière.

    Sortir du "tout chimique" ?  - On  va traiter Alzheimer par la lumière.Il s’agit de la clinique du Péri à Liège qui va tenter d’utiliser la luminothérapie pour soigner les personnes  atteintes de la maladie d’Alzheimer ou d’autres démences. On peut affirmer que c’est une première car, jusqu’à présent, évoquer la « luminothérapie » dans certains milieux scientifiques, renvoyait aux doux fantasmes de la médecine spirituelle type « new-âge »

    Or il s’agit ici d’une expérience menée dans un cadre tout à fait conventionnel et officiel où l’on utilisera des leds et des lumières d’intensités différentes pour recréer le cycle d’une journée.

    Quel est le principe ?
    Il s’agit de permettre aux patients de retrouver les points de repères qui ont été perdus. Voici comment le Pr Stéphane Adam, explique le processus envisagé : « Si on est en vacances on perd nos points de repères. Les malades d’Alzheinmer perdent aussi leurs points de repères. Cette lumière modulée permet de les fixer en cours de journée et donc, de les fixer dans le temps »

    Les objectifs visés.
    Il y en a trois essentiels :

    D’abord : diminuer la troubles du comportement de manière globale en favorisant une meilleure orientation dans l’espace et dans le temps, en particulier au cours de la journée.

    Ensuite : diminuer la consommation de médicaments à visées psychotropes.

    Enfin : améliorer la qualité de travail du personnel, en particulier le personnel de nuit »

    Ces informations étant fournies par Christian De Lanceer, directeur de la clinique du Péri.

    Les résultats.

    D’ores et déjà ils sont encourageants, tant du côté patients que du côté personnel soignant.

    C’est ce qui ressort de la déclaration du Dr Jeanne Michel, chef d’unité du service de psychogériatrie : « Les patients sont plus calmes, plus paisibles, tout en étant plus éveillés. Au niveau du personnel, nous nous sommes rendus compte qu’en fin de pause nous étions moins fatigués »

    Avec la luminothérapie, allons-nous passer, en matière de pratique médicale, « de l’ombre à la lumière« , comme le prétendait un célèbre ministre de la culture en 1981 ?

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Evaluation des risques chimiques en petites entreprises : il y a encore du travail à faire.

    L’IPSOS agissant pour le compte de l’INRS nous renseigne sur l’évaluation des risques chimiques ...

    L’ARPP publie une « Recommandation Développement Durable »  

    L’ARPP publie une « Recommandation Développement Durable »  

    L’ARPP publie une « Recommandation Développement Durable »   L’Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité vient de ...