STRATÉGIE NATIONALE SUR LES PERTURBATEURS ENDOCRINIENS

    perturbateursLe gouvernement et l’ensemble des parties prenantes en santé environnementale répondant à la prise de conscience  concernant l’urgent problème des perturbateurs endocriniens a décidé d’en faire une priorité et de définir une Stratégie Nationale.
    A noter dès à présent que la Commission européenne a adopté une nouvelle réglementation du triclosan, dans le cadre du règlement cosmétique (no 358/2014) publié en avril dernier pour la raison que « le maintien de la restriction de l’utilisation du triclosan à son niveau actuel pourrait représenter un risque pour la santé humaine ».

    C’est ainsi que le triclosan est désormais interdit  dans les produits de rasage où il était censé empêcher la prolifération bactérienne liée aux microcoupures causées par la lame du rasoir, porte ouverte  à sa  pénétration dans l’organisme, avec les risques afférents. Aux États-Unis,  l’interdiction du triclosan est encore plus drastique etdans certains Etats, s’étend aux savons antibactériens dont l’efficacité est contestée pour prévenir toute forme d’infection.

    Voici la liste des cosmétiques qui peuvent contenir du triclosan.

    Il peut encore se retrouver dans certaines catégories de cosmétiques, à savoir :

    • les dentifrices
    • les savons pour les mains ; 
    • les savons pour le corps et gels de douche ; 
    • les déodorants (autres que sous forme de spray) ; 
    • les poudres pour le visage ; 
    • les fonds de teint ; 
    • les produits pour les ongles destinés au nettoyage des ongles des mains et des pieds avant l’application de préparations pour ongles artificiels.

    La concentration maximale autorisée dans ces produits  finis a été fixée à 0,3 %. Les bains de bouche, peuvent aussi utiliser cette substance mais à une concentration maximale de 0,2 %.

    Nous reproduisons ci-dessous le « Sommaire » de ce document de 24 pages, trop long pour qu’on puisse en rendre compte en détail dans le cadre de ce blog.
    En revanche vous pourrez bénéficier de son intégralité grâce au « fichier joint » que vous trouverez en fin d’article.

    SOMMAIRE
    1. RECHERCHE, VALORISATION ET SURVEILLANCE
    1.1 Faire de la recherche sur les perturbateurs endocriniens un axe fort.
    1.2 Mobiliser les meilleures équipes en biologie.
    1.3 Favoriser le transfert de la recherche vers le monde économique.
    1.4 Renforcer la surveillance sanitaire et environnementale, via les enquêtes transversales, les dispositifs de surveillance épidémiologique, les cohortes et les observatoires.

    2. EXPERTISE SUR LES SUBSTANCES.
    3. RÉGLEMENTATION ET SUBSTITUTION DES perturbateurs endocriniens.

    3.1 Soutenir le renforcement de la réglementation européenne.3.2 Mise en oeuvre de la réglementation par la France.
    3.3 Soutenir la substitution des perturbateurs endocriniens.

    4. FORMATION ET INFORMATION.
    Annexe : Glossaire.
    Bonne lecture

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Les Agences Régionales de Santé : mission impossible ?

    En Bretagne, l’ARS a dû trouver le moyen de supprimer des emplois pour réduire ...

    « Une bêtise sans nom » ? Non, monsieur le Ministre : des comportements inacceptables !

    L’Observatoire National des Violences en milieu de Santé (ONVS), qui présente un bilan annuel ...