Transformer les déchets de plastique en « or noir ».

    Transformer les déchets de plastique en "or noir". Un procédé original de conversion des plastiques en carburant comparable au gazole.

    « Une hirondelle ne fait pas le printemps« , mais quand il y a une bonne nouvelle écologique, il ne faut pas la dédaigner.

    La filiale anglaise de Sita a décidé d’exploiter commercialement et à grande échelle le procédé de conversion de plastiques en gazole mis au point par l’entreprise irlandaise Cynar. Ingénieux procédé qui combine pyrolyse et distillation. Sita, qui est le numéro 2 des déchets outre-Manche, prévoit l’installation de dix usines de valorisation des déchets de plastiques mélangés (1,5 millions de tonnes annuelles) – ceux là même qui ne trouvent aucun débouché – pour les transformer en carburant synthétique, nous apprend le N° 1693 d’Environnement Magazine.

    Le DG de l’entreprise assure que ce gazole sera « de qualité comparable au gazole disponible à la pompe et à une prix équivalent, contrairement aux autres procédés de craquage du plastique« . 

    On construira 2 à 3 usines par an qui convertiront chacune 6000 t. de déchets en 4 millions de litres de carburant. L’objectif de l’entreprise consiste à apporter une solution aux municipalités pour les aider à satisfaire aux objectifs nationaux de recyclage, durcis ces dernières années. Destiné dans un premier temps aux secteurs du transport public et des déchets, le nouveau carburant devra, à terme, satisfaire à l’autosuffisance énergétique.

    Ce programme industriel ne dispose d’aucune subvention publique mais du soutien du nouveau fonds de capital-risque Blue Orange lancé le 29.11.10 par Suez Environnement.

    Chaque usine créera dix emplois et la première d’entre elle devrait être opérationnelle en 2011.

    Sans doute un exemple intéressant à suivre…

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi