aspartameVous le trouverez sur l’étiquette de vos produits, benoîtement signalé par le sigle E 951, moins spectaculaire que l’appellation « aspartame » qui commence à éveiller les soupçons. Et pour cause.

    Mais quelle est sa véritable composition ?

     50% de PHENYLALANINE : 2% de la population y serait allergique

    • 40% d’ACIDE ASPARTIQUE : produit dangereux pour le cerveau. Cerise sur le gâteau : l’espèce humaine y est cinq fois plus sensible que les autres espèces animales.
    • 10% de METHANOL (vulgaire alcool à brûler) : poison mortel, graduellement libéré à partir de 30° lors du stockage, de la cuisson, et bien sûr du corps humain (39° comme vous le savez).

    En conséquence d’une accumulation progressive dans l’organisme ce poison entraîne généralement :

    • Troubles de la vue (vision embrumée, voilée ou obscurcie, double vision, rétrécissement du champ visuel, dommages rétiniens allant jusqu’à la cécité) mais aussi : Bourdonnements d’oreilles – Douleurs fulgurantes aux extrémités – Faiblesses Frissons – Maux de tête – Névrite -Troubles du comportement -Troubles gastro-intestinaux – Trous de mémoire – Vertiges.

    Quand à l’ASPARTAME complet, la liste de ses effets secondaires comprend 92 items parfaitement identifiés

    Au chapitre des troubles physiques, nous avons relevé :

    manque de concentration, crampes, fatigue chronique, insomnies, pertes de mémoire, saignements de nez, vertiges, fortes sensibilité aux bruits, sensations de froid, problèmes menstruels, impuissance, difficultés sexuelles, attaques et convulsions, épilepsie, nausées, vomissements, hypo et hyperglycémies, douleurs de poitrine, problèmes de thyroïde, tremblements, douleurs en avalant ou en urinant, hypertension, asthme

    Au chapitre des troubles psychiques ou de la personnalité

    Soudaines crises d’agressivité, violences physiques, paranoïa, agoraphobie, phobies, paniques, irritabilité, crises de démence, altération de l’humeur, difficultés de concentration, confusion, hyperactivité and so one

    En plus l’ASPARTAME provoque ou aggrave les maladies suivantes :

    Fibromyalgie, arthrite, sclérose en plaques, maladie de Parkinson, lupus, diabète et ses complications, épilepsie, maladie d’Alzheimer, lymphome, malformations congénitales, syndrome de fatigue chronique.

    Où le trouve-t-on ?

    Dans tous les chewing-gum (avec ou sans sucre), dans tous les produits « light », soda, coca, sucrettes….soient plus de 1000 produits. Y compris nos célèbres et antiques pastilles de Vichy dont vous aurez un mal fou à en trouver sucrées naturellement.

    Deux choses à faire donc :

    • bien lire les étiquettes bien sûr
    • mettre à la poubelle tous vos chewing-gum et boissons light.

    A quoi servirait-il de manger « bio » si on doit continuer à s’empoissonner avec cet « édulcorant » qui est, en fait, un poison violent ?

    Un petit rappel historique

    Il faut remonter à 1980. L’Aspartame vient de subir un deuxième refus de mise sur le marché par la FDA (Food and Drog Administration) mais cela n’empêche pas le laboratoire SEARLE, inventeur du produit, de présenter de nouvelles études à l’administration américaine. Très convaincantes : sur 196 animaux traités à l’Aspartame, 96 sont morts d’une tumeur cérébrale !

    Et pourtant la FDA autorise le produit en 1994 ! Les lobbies sont passés par là et ont « convaincu » certains commissaires. Dans le temps même où près de 7000 plaintes ont été déposées pour effets indésirables après absorption du produit…

    Depuis, c’est comme une pandémie qui s’étend à 90 pays qui acceptent et diffusent ce poison issu de la recherche – tenez-vous bien – sur les armes de guerre chimique !

    La FDA l’a refusé pendant 6 ans, mais elle n’a pu résister aux pressions politiques et financières qui se sont exercées sur elle. Et, ce premier verrou sauté, l’E 951 se retrouve dans tous vos restaurants, vos commerces d’alimentation, dans les bonbons que vous offrez à vos enfants, dans vos boissons et même dans les médicaments officiels de votre pharmacie. Un véritable « empoisonnement » discret mais efficace à l’échelon mondial.

    L’ASPARTAME fait des petits.

    Devant les réactions suscitées par les études consacrées à la nocivité de l’Aspartame, un producteur – Ajimoto – a lancé un produit rebaptisé « AminoSweet » – jouant sur la présence d’acides aminés – mais ce produit, et son alter égo NutraSweet, ne sont que de l’acide aspartique…classé « Excitotoxine ».

    Les ravages

    Parfaitement recensés par le Dr Russel L.Blaylock, professeur de neurochirugie à la Medical Université of Mississippi qui a publié un livre – « Excitotonines : le goût qui tue » où il détaille les dégâts causés par l’ingestion en excès d’aspartate à partir d’aspartame. Il a recours à plus de 500 références scientifiques pour montrer comment l’aspartate et le glutamate sont à l’origine de troubles chroniques neurologiques graves et génèrent de multiples problèmes de santé. Il faut rappeler que les excitotoxines du gutamate (GMS) et de l’aspartame créent un tel état d’excitation des cellules cérébrales spécifiques qu’elles en meurent.

    Ne s’en étonneront que ceux qui ignorent que l’aspartame avait été placé sur une liste de produits chimiques de guerre biologique…puis effacé de cette liste et officiellement approuvé comme additif alimentaire dans les boissons gazeuses en 1983.

    Nous ne savons pas si nous pouvons réellement quelque chose sur le « réchauffement climatique » objet de tant de controverses, mais voilà un domaine où la colère et la volonté des citoyens devraient pouvoir obtenir quelque résultat.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Gastronomie et Hôpital : un mariage (im)possible ?

    Gastronomie et Hôpital : un mariage (im)possible ?

    Un restaurant dans l’hôpital. Le mariage improbable gastronomie-hôpital serait-il en passe d’être conclu ? ...

    Pas de vaisselle pour enfant dans votre micro-ondes !

    Pas de vaisselle pour enfant dans votre micro-ondes !

    C’est une nouvelle étude américaine qui nous l’apprend : il est vivement déconseillé de mettre ...

    Des biscuits pour bébés cancérogènes vendus en France

    Des biscuits pour bébés cancérogènes vendus en France

    Nous avons appris que les « P’tit Biscuit texture croquante et fondante » de Nestlé contiennent ...