Une urgence pour la Région Rhône-Alpes : intégrer la santé environnementale dans les politiques de santé !

    Une urgence pour la Région Rhône-Alpes : intégrer la santé environnementale dans les politiques de santé !C’est du moins la ferme intention d’Alain Chabrolle son vice-président délégué à la santé et l’environnement, qui a fait adopter une délibération en ce sens le 12 juillet dernier. Et il explique : « Les crises sanitaires connues ces 30 dernières années ont permis d’établir un lien entre environnement pollué et dégradé et risques sanitaires, que la région se doit de prendre en compte dans son action …Cette délibération concrétise la volonté des écologistes d’intégrer le caractère transversal de la politique de santé-environnement ».

    Reste maintenant à faire « converger l’ensemble des politiques régionales ». Ce qui est une autre affaire.

    Dans sa volonté de « provoquer une prise de conscience collective et l’adoption de comportement et actions favorable à un environnement sain » Alain Chabrolle s’appuie sur des chiffres :

    –         c’est ainsi qu’il évoque les « 17 % des décès prématurés liés aux cancers, maladies cardiovasculaires, imputables aux facteurs environnementaux ».

    –         sans oublier les pathologies en augmentation – troubles de la reproduction, allergies, asthme – liés à « des facteurs environnementaux comme la pollution atmosphérique, l’exposition à des produits chimiques ou l’exposition de travailleurs à des substances cancérigènes ».

    Et il affirme : « Notre ambition au niveau régional est de développer une politique globale de santé publique et pas seulement axée sur les soins ….notamment en prévenant « les pathologies chroniques évitables« 

    Excellent calcul quand on estime à « 3,5 % du PIB le coût de la non prévention. »

    Nous, au C2DS-Primum-Non-Nocere, avons tellement milité pour développer une réelle politique préventive de santé, que nous ne pouvons qu’approuver.

    Sans détailler le programme très complet décliné par la Région – programme « PROPASE » – nous pouvons indiquer qu’il se développera suivant 5 axes principaux destinés à « améliorer les connaissances, structurer et renforcer les compétences régionales, favoriser le passage à l’action, développer et accompagner des actions concrètes de prévention et de correction, innover par la transversalité et la coopération internationale ».

    Il se financera par des subventions pour soutenir « les actions individuelles » ainsi que « les actions collectives et les programmes innovants ou relevant de contrats d’objectifs »

     Sont également prévus la mise en place d’un système de labellisation des projets et un outil d’observation de la santé environnementale qui s’appuiera sur l’ORS (Observatoire Régional de la Santé) Rhône-Alpes. On compte aussi beaucoup sur les acteurs de terrain, du monde associatif et sur les sentinelles de l’environnement, mises en place avec la Frapna (fédération Rhône-Alpes du protection de la nature).

    La Région Rhône-Alpes, à travers  son programme « Propase », manifeste une volonté et se donne les moyens d’une action contre les pollutions de l’air, de l’eau et déclare la guerre tant aux perturbateurs endocriniens qu’aux CMR, ces fameux agents cancérigènes, mutagènes et reprotoxiques à l’origine de tant de pathologies graves.

    Montant du budget alloué à l’environnement par la région en 2012 ? 45 millions d’euros….dont 20 en crédits de fonctionnement. Il nous semble excessif et contreproductif que 44% des sommes allouées soient englouties dans la gestion et le fonctionnement et que seuls 56% soient directement consacrées à ce programme par ailleurs courageux et tellement nécessaire. On accuse nos Régions de nous coûter de plus en plus cher en démultipliant leurs charges de fonctionnement de manière exponentielle. N’en avons nous pas la preuve une fois de plus dans ce budget dont le ratio fonctionnement/réalisation nous paraît assez peu productif  ?
    A signaler qu’au menu de la Conférence environnementale, organisée par le gouvernement les 14 & 15 septembre prochains, la santé environnementale constituera un des thèmes majeurs.

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Les tricheurs eux aussi ne sont pas à l’abri des phtalates !

    L’affaire « Contador » fait couler assez d’encre et de salive pour que nous puissions nous ...

    Evolution des Migac (annexes de la page 57 du livre « Hippocrate, au secours !)

    Informations complémentaires sur l’évolution des Migac (Missions d’intérêt général et à l’aide à la ...