Le développement durable à l’Université…mais en Suisse.

    Le développement durable à l’Université…mais en Suisse.

    Un master « consacré à la réalisation des dix-sept Objectifs de développement durable fixés par l’ONU » vient d’être mis en place conjointement par l’université Unige de Genève et l’université chinoise Tsinghua de Pékin (celle qui forme les présidents du Parti).

    Son objectif

    Tel que défini par ses initiateurs, il est simple : « choisir des problèmes et trouver des solutions ».

    La formation sera dispensée en anglais. Elle prendra pour titre « master en innovation, développement humain et durabilité » et, comme nous l’écrivons plus haut, contribuera à réaliser les dix-sept Objectifs de développement durable fixés à l’horizon 2030 par l’ONU.

    Sa genèse

    Le développement durable à l’Université…mais en Suisse.Le projet a pris corps au Forum économique mondial de Davos, en Suisse, en 2016, à partir de la rencontre du président de l’Unige et des responsables de Tsinghua. Vue l’urgence en la matière, on comprend que « l’université chinoise [fût] très intéressée pour s’engager dans les ODD avec un partenaire comme l’Unige, qui multiplie à Genève les contacts avec l’ONU, les organisations non gouvernementales et les organismes internationaux » (propos de François Grey, coordinateur du projet). D’autant que ce master entre dans le cas d’une vaste réforme de l’éducation entreprise Chine qui cherche à encourager la créativité. Sans rire.

    L’Unige, quant à elle,  voit dans ce partenariat un moyen de dynamiser sa collaboration avec les Nations unies installées à Genève pour sa section Europe.

    Le programme

    Il se fonde sur la multidisciplinarité, s’inspire des travaux de François Taddei –  directeur en France du Centre de recherches interdisciplinaires sur les nouvelles méthodes éducatives, et  associe toutes catégories de cherchants internationaux, toutes disciplines confondues : ingénieurs, biologistes, économistes, sociologues, etc.

    Le cursus prévoit des enseignements fondamentaux sur le développement durable dans toutes ses dimensions : humaines, environnementales, institutionnelles. Il doit déboucher sur un master qui intégrera une dimension pratique s’exprimant par une approche de projet.

    Organisation

    Le développement durable à l’Université…mais en Suisse.Les étudiants à Genève doivent ainsi passer deux jours par semaine dans le laboratoire SDG Solution Space, qui vient d’ouvrir ses portes au cœur de la Genève internationale. Ils y rencontreront des intervenants d’ONG et d’institutions internationales venus leur exposer des problématiques auxquelles ils ont tenté de donner des réponses.

     

     

    Quelques témoignages :

    « Notre approche est originale : nous mettons à disposition des ONG une équipe d’étudiants dotés d’une solide formation, qui va réfléchir à leurs problématiques et tenter d’apporter des solutions concrètes. Les ONG jouent alors un rôle de mentor »
    (François Grey)

    « Nous rencontrons chaque semaine des interlocuteurs très variés. Ici, nous sommes capables d’avoir une vision très large du développement durable »
    ( Samsam Mahmed, étudiante d’origine Somalienne)

    « Nous apportons tous notre pierre à l’édifice, c’est motivant et enrichissant. La perspective de passer du temps en Chine est également très intéressante »
    (Emmanuel Kellner, étudiant franco-suisse, titulaire d’un bachelor en ingénierie microtechnique de l’École polytechnique fédérale de Lausanne).

    Un principe : la permutation

    Au bout de leur première année de master, les étudiants de Suisse et de Chine permuteront.  Il y en a actuellement 24 à l’Unige et 14 à Tsinghua mais ce chiffre devrait doubler assez rapidement.

    D’autant que ce projet  suscite l’intérêt d’autres universités, notamment en Afrique.

    Bonne chance à ce projet original.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    2000 Milliards de Dette Publique pour la France ! Qui dit mieux ?

    En fait il s’agit de 2023,7 milliards à fin juin 2014 d’après l’INSEE. Mais, ...

    Eric Besson s’attaque aux chaudières au fioul !

    Le gouvernement qui nous incitait déjà à abandonner nos anciennes chaudières à gaz, va ...