• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

Les cabines d’avion contaminées par les fumées d’huile de moteur

Les cabines d’avion contaminées par les fumées d’huile de moteur

cabineIncroyable, mais il serait établi que 3% des pilotes de ligne éprouvent des difficultés physiques et mentales à cause de leur exposition chronique au TCP, un composant nero-toxique d’huile de moteur.
C’est ce que révèle l’étude du Global Cabin Air Quality Executive. Sans pour autant beaucoup inquiéter les responsables des compagnies aériennes qui seraient au courant de ce dysfonctionnement depuis plusieurs années, grâce à des lanceurs d’alerte britanniques notamment.
L’étude précise que l’air des cabines d’avion est pollué par des neurotoxiques parce qu’il est aspiré par les réacteurs. Il est ensuite réchauffé et compressé avant d’être injecté dans le circuit de climatisation, puis à l’intérieur de l’avion.

Peuvent aussi survenir des problèmes d’usure, des défauts de maintenance, des défaillances techniques, qui permettent à l’huile de moteur de s’insinuer dans le système malgré les filtres. D’où des vapeurs susceptibles d’intoxiquer les personnes, ponctuellement ou chroniquement, à cause des additifs contenus dans le carburant.. On parle alors de syndrome aérotoxique….non officiellement reconnu médicalement.
Il existerait pourtant une batterie de tests, sanguins et autres, réalisés par le Dr Michel Mulder et permettant de mesurer le degré de dégradation des performances des pilotes et de prédire combien de temps ces derniers restent en capacité de voler selon leur degré d’exposition aux neurotoxiques inhalés.

Chez nous le ministère des affaires sociales et de la santé a été interpellé sur ce problème au Sénat. A la suite de quoi le ministère chargé des transports, tout en confirmant l’existence du risque, a néanmoins rappelé que le personnel était formé aux protocoles de sécurité et qu’il pouvait avoir recours au masque à oxygène en cas de contamination aérienne !

Bref, il ne semble pas que malgré les mises en garde et les risques éventuels, on soit décidé à prendre le problème à bras le corps et à interdire l’accès des vapeurs d’huile de moteur à l’air intérieur des avions.

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE.

  • Voir les commentaires

  • raffaelli

    bonjour
    je suis navigante et suite a un problème technique de la climatisation a bord, nous avons eu des nausées, les yeux rougis , gêne respiratoire , maux de tête , nous avons été pris en charge par les pompiers et depuis je n’ai pas pu reprendre mon travail . toux importante , cornée irritée conjonctivite, maux de tête, nausées, fatigue, anémie… ; syndrome aerotoxique. je recherche un pneumologue spécialisé dans ce domaine, pour pouvoir me soigner.

Ads

Vous pourriez aimer aussi

Le merveilleux impact de la chimie sur les systèmes de santé européens

L’impact sanitaire des perturbateurs endocriniens coûte chaque année des centaines de milliards d’euros pour ...

Echecs au « Tout-Chimique »

Nous avons relevé dans la presse spécialisée, une série d’articles qui nous font espérer ...

Ombres et Lumières dans notre environnement familier…..

Dans un précédent article nous avons rendu compte de certaines avancées très positives pour ...