Nourrissons et arsenic

    aliments pour nourrisson à base de riz arsenic

    Des nourrissons nourris à l’arsenic ? Intolérable mais vrai. 

    C’est L’épicerie qui a levé le lièvre.

    L’analyse de 11 aliments à base de riz pour nourrissons  vendus à Calgary, Toronto et Montréal a montré que de l’arsenic – en proportion supérieure aux limites européennes et américaines – était présent dans deux des aliments achetés.

    Constat déjà effectué en 2013, à l’occasion d’un contrôle identique effectué par L’épicerie sur des produits à base de riz et des céréales pour bébés. Or les nourrissons

    • d’abord mangent beaucoup plus proportionnellement que les adultes
    • et présentent une physiologie qui les rend plus vulnérables aux produits toxiques du fait que foie et reins ne sont pas encore pleinement efficaces.

    Certes la quantité d’arsenic ne suffira pas à empoisonner un nourrisson mais en tant que cancérigène il constitue un danger pour lui. D’autant qu’il n’est pas équipé pour l’éliminer.

    Où se trouve l’arsenic ?

    À l’état de nature il est présent dans tous les végétaux et particulièrement dans le riz.

    Pourquoi ? Parce-que le riz pousse dans des rizières dont les sols contiennent beaucoup d’arsenic. Or cet arsenic d’origine géologique est le plus toxique de tous.

    Les normes.

    • Au Canada la concentration ne doit pas dépasser 10 parties par milliard (ppb) dans l’eau et les jus de pomme. Mais pas dans les autres aliments !
    • L’Union européenne accepte 100 ppb sur le riz et les produits du riz. Pour ne pas fâcher les lobbies sans doute ?
    • Les USA acceptent la même limite mais sans la rendre obligatoire… ce qui laisse augurer du pire du fait que selon une haute responsable de l’Université de New York, « ces limites dérangent l’industrie, et aucun gouvernement ne veut agir ». Et cette responsable ajoute : « Toujours en avance sur les États-Unis, l’Union européenne a imposé une limite de 100 ppb ». Bref, il faut nous estimer heureux.

    En définitive si nous voulons mettre de l’ordre et assurer une alimentation saine à nos nourrisson nous devons « exiger de connaître les taux d’arsenic dans les céréales de leurs enfants » comme l’affirme une grande nutritionniste américaine qui ajoute : « je crois que les compagnies devraient être contraintes d’afficher ces taux sur les emballages, c’est une question de santé publique. »

    Autre piste.

    Celle qui est suggérée par la nutritionniste et directrice générale du Dispensaire diététique de Montréal qui remarque que « les recommandations pour l’introduction des aliments auprès des enfants ont changé. On favorise des aliments riches en fer ou qui sont non transformés. On parle d’introduire la viande, les légumineuses. Donc, ce n’est plus obligatoire de passer par des céréales de riz enrichies. Je pense que ça aide, déjà, à réduire le risque d’exposition à l’arsenic. »

    Entre les laits infantiles contenant des substances nocives et les aliments pour nourrissons chargés d’arsenic, le monde moderne technoscientifique mène la vie dure à nos tout petits.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Pas de vaisselle pour enfant dans votre micro-ondes !

    C’est une nouvelle étude américaine qui nous l’apprend : il est vivement déconseillé de mettre ...

    Le glutamate ses dangers et ses artifices.

    L’industrie agro-alimentaire a érigé le glutamate (E621) au rang de panacée universelle pour donner ...

    Naissance attendue du nouveau logo « Nutri-Score »

    Le nouveau logo « Nutri-Score » est apparu sur les emballages des produits alimentaires au printemps ...