• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

L’autosuffisance alimentaire avec une serre connectée ? C’est possible

L'autosuffisance alimentaire avec une serre connectée ? C'est possible
Assurer l’autosuffisance alimentaire pour 4 personnes c’est ce qu’affirme une start-up française avec « Myfood« : serre connectée mêlant techniques de permaculture et d’aquaponie (1). Serre susceptible de produire jusqu’à 400 kilos de fruits et légumes et 40 kilos de poisson par an… sur 22 m2 !

C’est du moins ce qu’affirme un de ses concepteurs qui veut « permettre aux particuliers, mais aussi aux entreprise et collectivités de produire leur propre nourriture au niveau local et le tout de façon écologique« 

« Myfood » (« Manourriture » aurait fait trop franchouillard, sans doute) qui intègre un système aquaponique et des buttes de permaculture a été présentée au salon de l’agriculture cette année.

Comment ça marche ?

Cette serre peut fonctionner de deux façons:

  • Soit par l’énergie fournie par des panneaux solaires
  • Soit par le biais du réseau électrique collectif

L’un ou l’autre alimentant système d’irrigation, de ventilation et de nombreux capteurs. Humidité, température de l’air et de l’eau, ainsi que pH des sols peuvent ainsi être mesurés  et les informations recueillies transmises à une application smartphone.

Et, en plus, « c’est pas cher ! »…. puisque la consommation électrique de l’ensemble correspond à celle d’une ampoule de 60 watts, soient 60 € par an.

Outre fruits et légumes, la serre abrite un grand bassin à poissons comestibles : carpes, tilapias et même écrevisses peuvent s’y ébattre à leur aise. Pompée et dirigée dans des tours verticales en plastique – où poussent fraises, salades, légumes et autres herbes aromatiques – l’eau du bassin assure l’arrosage du système.

Plus écologique que moi……

Aucun engrais chimique n’est requis, nous assure-t-on, car « les bactéries naturellement présentes autour des racines transforment les déjections des poissons en nutriments pour les plantes » expliquent les concepteursQuant aux tourselles sont été fabriquées dans un  » plastique alimentaire utilisé depuis plus de 10 ans par les professionnels et vierge de toutes substances nocives » nous affirme-t-on encore.

Bénéfice du système
  • Aucun pesticide, répétons le.
  • 90% d’économie d’eau environ, par rapport à une culture en pleine terre.
  • La nourriture des poissons n’est pas oubliée : « Nous travaillons sur un lombricomposteur qui produira la nourriture essentielle aux races carnivores. En attendant nous recommandons l’emploi d’aliments bio pour poissons car les produits du commerce peuvent contenir tout et n’importe quoi. » Voilà qui a le mérite de la clarté.
Dispositif de permaculture

L’ensemble des gros légumes est cultivé sur des buttes de permaculture installées sur les bords intérieurs et extérieurs de la serre suivant une technique qui consiste à  enterrer des bûches dans de la terre et à la couvrir de bois raméal fragmenté . Ce qui procure une terre souple et fertile, semblable à celle des forêts.

Performances attendues de Myfood ?
  • Apporter l’essentiel pour nourrir une famille de 4 personnes.
  • Offrir la possibilité de récolter toute l’année avec une heure de travail hebdomadaire.

    En régions froides, on conseille l’ajout d’un poêle à granulé ou l’installation d’  un système pour récupérer la chaleur de la maison pendant l’hiver.

    Bref, de quoi faire mentir les Ecritures :  » Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front  » ?

    Et toutes ces merveilles pour 8000 € ? C’est donné. Mais on demande à voir à l’usage…..

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE


1- L’aquaponie est une forme d’aquaculture intégrée qui associe une culture de végétaux en « symbiose » avec l’élevage de poissons. Ce sont les déjections des poissons qui servent d’engrais pour le végétal cultivé. Le mot « aquaponie », traduction de l’anglais aquaponics, est un mot-valise formé par la fusion des mots aquaculture (élevage de poissons ou autres organismes aquatiques) et hydroponie (culture des plantes par de l’eau enrichie en matières minérales).

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

Centimeo, une initiative économique, vertueuse et sociale

Centimeo, une initiative économique, vertueuse et sociale

CENTIMEO a été créé avec « l’idée qu’il n’existe aucun moyen pour utiliser efficacement sa ...

La reconstruction mammaire par transfert graisseux n’est toujours pas remboursée par la Sécurité sociale

La reconstruction mammaire par transfert graisseux n’est toujours pas remboursée par la Sécurité sociale

L’alternative à la prothèse en silicone pour une reconstruction mammaire est possible depuis plusieurs ...