• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

« Beaucoup de bruit pour rien ? ». Non. Il nous coûte 57 Md€….

"Beaucoup de bruit pour rien ?". Non. Il nous coûte 57 Md€….

57 Md€ c’est l’estimation chiffrées des nuisances dues au bruit établie par le cabinet EY. C’est la première étude globale-sanitaire, sociale et économique en France sur le bruit. Avec l’espoir de faire réagir les pouvoirs publics…comme le pense le président du Conseil  national du bruit (CNB) qui a commandé l’étude en partenariat avec l’Ademe.

Comment est-on arrivé à ce chiffre approximatif ?

En additionnant les coûts entraînés par les trois sources majeures de pollution sonore :

  • le trafic routier qui arrive en tête
  • le milieu professionnel ou scolaire
  • le voisinage.

Le trafic routier et les transports

Ils agressent environ 9 millions de personnes avec un niveau supérieur à 65 décibels pour le transport routier et ferroviaire et supérieur à 55 dB pour le transport aérien.

Soit une facture sanitaire de 11,5 Md€, dont 90% pour le seul transport routier. D’où problèmes de sommeil, et, en moindre mesure, par des gênes et des maladies cardio-vasculaires, d’après les experts.

Côté chiffre, il faut ajouter à ces 9 Md€ du coût sanitaire, 9 nouveaux Md€ pour

  • les pertes de valeur mobilière,
  • les baisses de productivité
  • les retards d’apprentissage.

Soit une facture de 20,6 Md€ de nuisances à présenter aux transports. C’est-à-dire environ un tiers de la facture globale du bruit en France.

Les pertes de productivité.

On en vient ensuite au monde du travail où l’étude estime à 19,2 Md€ le coût des nuisances qui l’affectent….avec une part d’incertitude

Sont avérés :

  • le coût de la surdité (85 M€)
  • celui des accidents du travail reliés au bruit (1,1 Md€)

Restait à estimer  la perte des jours de travail à cause du bruit pour laquelle le cabinet n’avait pas de mesures précises.

Il l’a donc évaluée à 18 Md€ par an à partir de l’hypothèse que 2 Français sur 3 qui se disent gênés par le bruit dans leur milieu professionnel,  perdent au moins 5 jours d’activité par an.

Les estimations sont plus précises du côté des décrochages scolaires : le bruit est responsable de 20% d’entre eux. Soientt 6 Md€ par an.

Le voisinage

Il apparaît plus nocif qu’on pouvait l’imaginer quand on sait que, d’après un sondage Ifop, les Français se disent autant gênés par leurs voisins que par les transports.

Estimation approximative : 11,5 Md€.

Derrière le problème technique, une composante culturelle ?

Ce qui apparaît clairement dans cette étude c’est que l’importance des sommes estimées dénonce clairement l’inefficacité des plans de prévention nationaux

Ce qui amène le président du comité technique du CNB au commentaire suivant. «[Les plans de prévention] ne sont pas respectés parce que le bruit est encore considéré comme la vie, ce que bien sûr on ne veut pas limiter ! Pour les rendre efficaces, il faudrait davantage associer les citoyens lors de leur élaboration plutôt que de fixer des plafonds théoriques qui ne parlent à personne».

Il en est donc du bruit comme de beaucoup d’autres fléaux qui affectent nos sociétés modernes : un problème de culture. La nôtre, depuis quarante ans et plus, prône l’individualisme poussé à l’extrême de nos égoïsmes naturels. Il y aurait peut-être moins de bruit si on recommençait à apprendre à nos enfants (et à leurs parents) à se soucier de la gêne qu’ils causent aux autres car, en matière de vie en commun, les « bonnes raisons » qu’on se donne sont toujours mauvaises.

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

http://www.journaldelenvironnement.net/article/le-bruit-ce-tueur-silencieux,53744

http://politiquedesante.fr/2015/11/26/prse-3-lelaboration-et-a-la-mise-en-oeuvre-des-plans-regionaux-en-sante-et-environnement-sont-en-marche/

http://politiquedesante.fr/2014/11/26/le-pnse-3-2015-2019-107-actions/

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

La médiation animale, une aide précieuse dans le monde de la santé

Nous vous présentons aujourd’hui, à travers quatre liens, quatre expériences consacrées à la médiation ...

Les violences hospitalières se multiplient, l'ONVS est aux abonnés absents.

Les violences hospitalières se multiplient, l’ONVS est aux abonnés absents.

Nous avons publié, en mai dernier, un article consacré aux violences hospitalières qui constitue ...