La poussière et l’obésité : une complicité sournoise.

    faire la poussiere

    Poussière/Obésité

    La poussière stimulerait l’obésité par un processus simple mis en évidence in vitro : les cellules précurseurs d’adipocytes exposées à la poussière ont plus tendance à se diviser en cellules adipeuses et à accumuler plus de matières grasses que les non exposées.

    poussière enfantOr la plupart des enfants avalent ou respirent 50 mg de poussière domestique par jour. De là à conclure qu’une maison poussiéreuse vous entraînera irrémédiablement vers le surpoids pourrait s’avérer logique….. d’autant que la revue Environmental Science and Technology attire l’attention sur la relation entre poussière domestique et inhalation permanente de produits chimiques courants, tels que “les ignifugeants, les désinfectants ou les pesticides”. Sacré cocktail qu’on nous sert à longueur de temps.
    Une équipe de l’Université Duke (Caroline du Nord) quant à elle a testé ici des échantillons de poussières domestiques sur des cellules « pré-adipocytes » de souris cultivées en laboratoire et ont constaté que ces cellules sont plus susceptibles de se diviser en cellules adipeuses et d’accumuler plus de graisse.

    D’un côté les chercheurs ont sélectionné 11 échantillons de poussières domestiques de différentes maisons, concentrées et introduites dans des cellules pré-graisseuses de souris cultivées et analysées et, de l’autre, il ont sélectionné un échantillon témoin de cellules non exposées. Ils ont ensuite testé ces échantillons pour 41 composés chimiques soupçonnés d’intervenir dans la croissance des cellules adipeuses. Le but étant de déterminer si les cellules exposées accumulaient plus de triglycérides et de comparer ces évolutions à celles de cellules témoins.

    L’expérience à montré que :

    -”les cellules pré-adipocytes exposées à 9 des 11 échantillons croissent et se divisent plus rapidement en cellules adipeuses,
    -pour 7 des 11 échantillons, une fois exposées, elles accumulent plus de triglycérides,
    -seul 1 échantillon ne semble avoir absolument aucun effet sur les cellules exposées.
    -33 des 41 composés entraînent l’accumulation de triglycérides dans les cellules, avec une grande variabilité d’effets. En particulier, les composés suivants entraînent des effets importants : le phosphate de tert-butyl-phényl diphényle (TBPDP), le phtalate de dibutyle (DBP) et la pyraclostrobine, un antifongique
    ”.

    Conclusion :

    Des composés chimiques omniprésents dans notre environnement intérieur affectent la maturation de nos cellules adipeuses. Ces effets nocifs sur notre métabolisme s’additionnenent aux changements hormonaux déjà mis en évidence. Les scientifiques pensent que ces poussières toxiques n’interviendraient que pour une faible part dans les phénomènes de surpoids et d’obésité essentiellement liés au déséquilibre entre suralimentation (ou mauvaise alimentation) et dépenses caloriques (activités et exercice physique).
    Mais est-ce une raison pour ignorer ou négliger le problème ??

    Encore les phtalates !

    D’autant que les chercheurs ont voulu vérifier la liaison entre exposition des enfants à la présence de phtalates dans la poussière domestique et risques de trouble du spectre autistique (TSA) ou retard de développement.
    Cette liaison n’a pu être mise en évidence mais les résultats ont démontré un risque accru de retard de développement lié à une exposition à des concentrations de DEHP et BBP dans les poussières domestiques.
    D’autres catégories de phtalates, – DEP et DBP -, sont apparus dans des déficiences de plusieurs fonctions adaptatives et dans la tendance à une plus grande hyperactivité.

    N’oublions cependant pas que les phtalates dans les poussières domestiques sont loin de représenter la seule source d’exposition. Si les petits ruisseaux finissent par former les grandes riviéres, la multiexposition quotidienne à des quantités apparaissant comme negligeables séparément, ne peut manquer d’aboutir à de grandes catastrophes sanitaires, quand elles s’associent.

    OT – PNN

    Ce contenu est réservé aux membres du site. Si vous avez déjà un compte, connectez-vous. Les nouveaux utilisateurs peuvent s'inscrire ci-dessous.

    Connexion pour les Utilisateurs enregistrés
       
    Nouvel Utilisateur
    *Champ requis

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    nuisance bruit

    « Beaucoup de bruit pour rien ? ». Non. Il nous coûte 57 Md€….

    57 Md€ c’est l’estimation chiffrées des nuisances dues au bruit établie par le cabinet ...

    Les eaux françaises : un cocktail de substances chimiques

    L’Ineris nous le confirme : la pollution des eaux est générale, certains contaminants «émergents» ...

    Plus de gants chirurgicaux poudrés aux USA

    Ainsi en a décidé la FDA qui, après analyse de ces poudres, a décidé ...