Fin Mars – Lancement de la cohorte Elfe : 20.000 enfants suivis jusqu’à l’âge de 20 ans !

    Fin Mars - Lancement de la cohorte Elfe : 20.000 enfants suivis jusqu'à l'âge de 20 ans !Le ministre de l’écologie, du développement durable, des transports et du logement, Nathalie Kosciusko-Morizet, a annoncé jeudi le lancement fin mars de la grosse cohorte de santé publique Elfe, qui vise à suivre 20.000 enfants sur une durée de 20 ans à partir de leur naissance.

    Dans sa conférence de presse le ministre a présenté le bilan 2010 du deuxième Plan national santé environnement (PNSE2) 2009-13 ainsi que le programme 2011 du gouvernement dans le domaine de la santé environnementale.

    La cohorte Elfe devrait apporter, d’après elle,  des résultats intéressants tout au long de la période de 20 ans à toutes les femmes enceintes inquiètes de l’impact de la pollution sur leur enfant et soucieuses des mesures de prévention à prendre. Elle a lancé un appel à la participation en la qualifiant d’oeuvre civique.

    D’après la dépêche de l’APM, « la cohorte Elfe est portée par une unité mixte Inserm-Ined (Institut national d’études démographiques) dirigée par Marie-Aline Charles. Elle est soutenue par le ministère de l’écologie, la direction générale de la santé (DGS), l’Institut de veille sanitaire (InVS), la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Drees), la Caisse nationale des allocations familiales (Cnaf), et l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee)« .

     


    Marie-Aline Charles a précisé que la cohorte nécessiterait en moyenne un financement de 4 millions d’euros par an, sachant que les besoins seront plus importants au début de l’étude avec notamment la réalisation de prélèvements.

     

    A partir de la fin mars et en quatre vagues de plusieurs jours tout au long de 2011, 20.000 enfants seront recrutés dès la naissance dans les 22 régions métropolitaines dans 344 maternités qui ont été tirées au sort sur les 539 publiques et privées en France

    Le dossier de presse précise que les enfants seront suivis sur une durée de 20 ans. L’objectif étant d’étudier l’impact de l’environnement sur leur développement, leur santé, leur socialisation et leur parcours scolaire. On observera les conséquences de l’exposition aux pesticides sur leur développement neurocomportemental et endocrinien, on mesurera les effets à long terme de la pollution atmosphérique et de la pollution de l’air intérieur sur eux et aussi sur les femmes enceintes.

    La première étape de suivi de la cohorte se traduira par une enquête téléphonique réalisée auprès des parents entre six et huit semaines après l’accouchement.

    Suivront des examens médicaux à l’âge de 2 ans, puis de 7-8 ans, ainsi qu’une visite à domicile à l’âge de 3 ans. Au-delà, rien n’est encore précisé.

    D’après Marie-Aline Charles le protocole mis en œuvre s’appuie sur le suivi d’une cohorte pilote de 450 familles lancée en 2007 dont le taux d’acceptation était de 55%. Taux qu’elle espère bien pouvoir dépasser en favorisant une communication plus large.

    Associée à Elfe, se déroulera parallèlement l’étude Epipage 2 (étude épidémiologique portant sur les petits âges gestationnels) qui recrutera pendant sept mois 5.000 enfants grands prématurés, nés entre 22 et 33 semaines d’aménorrhée.

    Nous espérons à Primum-Non-Nocere que ces études ne finiront pas au fond d’un tiroir mais aboutiront aux mesures de bon sens et de salubrité publique exigées par « l’agressivité » environnementale dans laquelle nous devons élever nos enfants. Les ministères passent, la multi-pollution reste…..

     

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi