Enquête Nationale de BioSurveillance.

    Enquête Nationale de BioSurveillance.Le directeur général de la santé (DGS), Didier Houssin, a récemment annoncé le lancement d’une enquête nationale de biosurveillance.

    Mais en précisant aussitôt  que « le financement n'[en]est pas totalement résolu« . Ce qui a conduit ce digne fonctionnaire à interpeller le ministre de l’écologie pour lui demander d’intervenir auprès du gouvernement.

    On espère qu’il sera entendu.

    L’enquête prévue sera coordonnée par l’Institut de veille sanitaire (InVS) et portera sur un échantillon de 5.000 personnes âgées de 6 à 75 ans et résidant en métropole. Le dossier de presse précise que l’objectif essentiel est de connaître l’état d’imprégnation de la population française par rapport à 13 familles de substances en vue d’établir des valeurs de référence nationales et de rechercher leurs déterminants.

    Ces 13 familles correspondent à plus de 100 substances dument répertoriées.


    Il s’agit de métaux, organoétains, cotinine, phtalates, phénols, perfluorés, polybromés, polychlorobiphényles (PCB), dioxines, furanes, composés organiques volatiles (COV), hydrocarbure polycyclique aromatique (HAP), substances organochlorées, pesticides…

    L’année 2011 sera consacrée à caler les grands choix scientifiques comme celui des biomarqueurs, à lancer les appels d’offres pour les prestataires d’enquête, le transport et la logistique, les laboratoires d’analyse et la biothèque.

    Le début de l’enquête sur le terrain est prévu pour 2012 avec des premiers résultats en 2013.

    Nous sommes heureux de constater que les lanceurs d’alerte – sans l’action desquels il est probable que cette enquête n’aurait jamais vu le jour – sont maintenant entendus. En effet, cela fait dix années que nous sonnons l’alarme sur ces sujets sensibles.

    Il faut maintenant souhaiter  que la bonne volonté des pouvoirs publics s’étende bien au-delà de 2012.

    Nous en acceptons l’augure…

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Climat : De l’eau et du feu pour le XXIe siècle….d’après le Giec.

    Le Giec (fort contesté par un certain nombre de personnalités) publie une synthèse (29 ...

    20 Md€ pour la Transition Écologique dans le " Grand Plan d’Investissement"

    20 Md€ pour la Transition Écologique dans le  » Grand Plan d’Investissement »

    Dans le « grand plan d’investissement 2018-2022 » de 57 Md€, on avait réservé 15 Md€ ...