Fréquence de consommation d’aliments biologiques et risque de Cancer inversement proportionnels

    Montpellier va parfumer ses trams ! Il nous reste la marche à pied…

    Fréquence de consommation d’aliments biologiques et risque de Cancer inversement proportionnels.

    L’Étude.

    Une étude de cohorte prospective réalisée par NutriNet-Santé a porté sur la relation entre la consommation d’aliments biologiques et le risque de Cancer. Cette « association » offrirait-elle un lien significatif à l’observation ?

    Il semblerait que oui.

    L’étude de cohorte en population de 68 946 Français adultes, a mis en évidence une réduction significative du risque de cancer chez les gros consommateurs d’aliments biologiques.

    Si ces résultats se confirment (pourquoi en serait-il autrement ?) on devine que la consommation d’aliments biologiques sera très encouragée auprès de la population pour la protéger des risques de cancer.

    A contrario, une autre conclusion s’impose, au moins provisoirement : les produits alimentaires non « bio », c’est à dire la fabrication agro-alimentaire industrielle dans son ensemble, doit être considérée comme favorable, directement ou indirectement, à l’apparition d’un cancer chez le consommateur.

    Et cette constatation ne peut laisser personne indifférent.

    Peu d’études jusqu’ici avait porté sur l’association entre la consommation d’aliments biologiques et le risque de Cancer. C’est dire l’intérêt de celle qui vient d’être publiée et à laquelle nous vous renvoyons pour obtenir tous les détails utiles, l’article étant beaucoup trop technique pour que nous puissions le résumer valablement

    https://www.e-cancer.fr/Professionnels-de-la-recherche/Veille-bibliographique/Nota-Bene-Cancer/Nota-Bene-Cancer-388/Dossier-PRE301/Association-of-frequency-of-organic-food-consumption-with-cancer-risk-Findings-from-the-nutrinet-sante-prospective-cohort-study

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

     

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Plus de carbone d'ici 2050….pour le système de santé britannique !

    Plus de carbone d’ici 2050….pour le système de santé britannique !

    Épatant non ? Et nous ??? C’est pourtant ce que nous annonce le National Health Service, ...

    rapex sécurité consommateurs

    RAPEX et autres dispositifs pour assurer sécurité et santé des consommateurs

    RAPEX et autres dispositifs pour assurer sécurité et santé des consommateurs. En 2003 l’Union ...

    Évaluation d’impacts sur la santé : EIS.

    NEHS : une institution hospitalière

    Une institution hospitalière à mettre en lumière : NEHS Le mieux à faire est la ...