LE SENAT INSCRIT LA NOTION DE « DOMMAGE CAUSÉ À L’ENVIRONNEMENT » DANS LE MARBRE DE LA LOI.

    © Copyright 2010 CorbisCorporationLe Sénat en sa Session Ordinaire 2012-2013 vient d’enregistrer une proposition de loi visant à inscrire la notion de préjudice écologique dans le code civil,

    Cette loi comporte un Article unique que nous reproduisons pour vous :

     « DE LA RESPONSABILITÉ DU FAIT DES ATTEINTES À L’ENVIRONNEMENT

    « Art. 1386-19. – Toute personne qui cause un dommage à l’environnement est tenue de le réparer.

    « Art. 1386-20. – La réparation du dommage à l’environnement s’effectue prioritairement en nature. 

    « Lorsque la réparation en nature du dommage n’est pas possible, la réparation se traduit par une compensation financière versée à l’État ou à un organisme désigné par lui et affectée, dans les conditions prévues par un décret en Conseil d’État, à la protection de l’environnement. 

    « Art. 1386-21. – Les dépenses exposées pour prévenir la réalisation imminente d’un dommage, en éviter l’aggravation, ou en réduire les conséquences, peuvent donner lieu au versement de dommages et intérêts, dès lors qu’elles ont été utilement engagées. »

    Le texte initial en a toutefois été amendé. C’est ainsi que la réparation serait obligatoire même dans les cas où la faute ne sera pas établie. Excellente chose puisque, d’après les spécialistes du droit de l’environnement, « le juge regardera d’un autre oeil l’environnement. Si le droit de l’environnement est peu appliqué, c’est parce qu’il n’apparaît pas dans les codes nobles, civil et pénal. ». On fait aussi remarquer que « la première version aurait été un retour en arrière, car il existe de nombreux accidents portant atteinte à l’environnement pour lesquels aucune faute ne peut être prouvée. On conforte ainsi le droit qui se fonde actuellement sur le trouble anormal du voisinage, et pour lequel on n’a pas à prouver la faute. »

    Tout aussi pertinente apparaît aux yeux du juriste spécialité, la rédaction du 2e alinéa dans la mesure où « le juge est perdu lorsqu’il doit évaluer le niveau des amendes. Il ne veut pas un enrichissement sans cause des associations environnementales, ce qui justifie les montants faibles généralement attribués« .

    Toutefois, on peut cependant regretter que la proposition de loi ne prévoie pas que les associations de protection de l’environnement puissent également se voir attribuer les compensations financières. « Cela pourrait non pas être une obligation, mais une possibilité que donne la loi. Si on les exclut, on exclut la partie la plus réactive en cas de pollution. L’État a un fonctionnement beaucoup plus lourd. »

    Quant au 3e alinéa il constitue « un élément pertinent car il favorise la prévention. »
    L’examen en séance publique est prévu le 16 mai

    A suivre…

     

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

     

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Des déchets "non dangereux" existent ils ?

    Des déchets « non dangereux » existent ils ?

    Imaginez la production de déchets d’ordures ménagères à l’échelle d’un département (hors déchets recyclables et ...

    « Abondance ne nuit pas » ??? Pas quand il s’agit du CO2 !

    Il ya donc de quoi s’alarmer sérieusement quand on apprend que l’observatoire de Mauna ...

    Savez-vous combien coûte le cancer en UE ? 124 milliards d’Euros !

    C’est ce que nous révèlent deux nouvelles études qui seront présentées au Congrès 2012 ...