L’hypersensibilité – chimique et électromagnétique – ne passera pas !

    L'hypersensibilité - chimique et électromagnétique - ne passera pas !On va construire à Ottawa un immeuble de 74 logements spéciaux pour personnes qui souffrent d’hypersensibilités chimiques et électromagnétiques pour un coût de 15 millions de dollars (11.088.538,97 €).

    Construit près de la rivière Ottawa au milieu d’espaces verts, 24 des appartements de cet immeuble seront vendus à des organismes caritatifs et les 50 unités restantes à des acheteurs qui devront s’engager sur la règle suivante : « 100% sans fumée, sans odeur, sans animaux et sans produits chimiques« .

    Tous les appartements seront construits avec des matériaux sains, dotés de leur propre système de ventilation et de filtration d’air et d’un dispositif électrique configuré pour minimiser l’électrosmog.

    L’architecte d’intérieur à l’origine de ce projet, Mme Linda Nolan-Leeming, elle-même devenue hypersensible à la suite d’expositions répétées aux pesticides, affirme que plusieurs personnes sont décédées au cours de ces dernières années après avoir été exposées à un environnement toxique. L’immeuble ainsi conçu « permettra aux hypersensibles de retrouver leur santé et leur qualité de vie » affirme-t-elle.


    Cette initiative est en train de faire tache d’huile au Québec : des groupes d’hypersensibles comme l' »Association pour la santé environnementale du Québec » ou la nouvelle fondation « Air et Vie« , souhaitent construire des immeubles semblables, destinés à une clientèle de tous niveaux de revenus qui souhaiterait vivre dans un environnement « sans pesticides, sans effluves d’assouplisseurs, sans barbecue ni autre contaminants » suivant les propos de la directrice d' »Air et Vie », Jacinthe Ouellet.

    Le problème de l’hypersensibilité se porte bien (si on peut dire) aux USA où une enquête de 2003 a révélé que 13% de la population se disait hypersensible à de très faibles doses de polluants (métaux lourds, solvants, moisissures, monoxyde de carbone, champs magnétiques, etc ) parmi lesquels 2% ont perdu leur emploi à cause de cette infirmité.

    Quoique reconnue par la Commission canadienne des droits de la personne et traitée dans des cliniques médicales dépendant des universités de Toronto et de Halifax, l’hypersensibilité environnementale, en tant que syndrome, était encore méconnu au Canada.

    Il semblerait donc que ce soit en train de changer…

    Pour ce qui est de la France, la position de Primum-Non-Nocere est sans ambigüité : tous les établissements de santé sans exception, doivent être construits avec les produits les plus sains possible, pour respecter la santé de leurs occupants.

    Nous appelons les députés et les députés européens à déposer une proposition de loi pour que les matériaux qui entrent dans la composition des bâtiments recevant du public et plus particulièrement, des enfants, des femmes enceintes, des nouveaux nés, obtiennent, comme les médicaments, des AMM (Autorisation de Mise sur le Marché) qui tiennent rigoureusement compte de ces paramètres.

    A quand une législation nationale et européenne sur le sujet ?

    D’ailleurs à Primum nous prêchons d’exemple, puisque nous accompagnons les maitres d’ouvrages dans l’éco-conception de leurs projets pour qu’ils puissent proposer des bâtiments de santé à TRES HAUTE QUALITE SANITAIRE ET ENVIRONNEMENTALE (THQE)® à leurs commanditaires.

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi