Pour la toilette de nos nourrissons rien ne vaut l’eau pure…

    Pour la toilette de nos nourrissons rien ne vaut l'eau pure…C’est une initiative que nous jugeons très heureuse qui a conduit un groupe de dermatologues à publier dans l' »International Journal of Dermatology » une étude inspirée par la littérature scientifique, qui s’intéresse au nettoyage et à l’antisepsie de la peau des nouveaux nés.

    Et qui nous donnent une série de conseils que nous résumons pour vous.

    En matière de bain par exemple, l’eau pure  est ce qu’il y a de mieux, y compris pour laver la tête de bébé. Les produits, même dédiés à la peau des nourrissons, ne peuvent que contribuer à favoriser les irritations et infections auxquelles ils sont déjà naturellement exposés.

    Si on tient cependant à utiliser un de ces produits, il faut veiller à ce qu’il soit de Ph neutre, sans colorant ni parfum. Il faut aussi les utiliser avec parcimonie et les rincer soigneusement. On conseille de même de renoncer aux savons anti-microbiens et à l’usage des huiles de bain.

    En matière de couches, il faut veiller à les changer dans les deux à quatre heures maximum, après souillure. Les petites fesses seront alors nettoyées à l’eau du robinet avec un linge propre. Lingettes à la lanoline ou alcoolisées : à éviter absolument.

    Nous ne pouvons qu’approuver ces recommandations qui font écho à ce que nous écrivions dans notre ouvrage : « Hippocrate, au secours…! » (voir sur notre page d’accueil). Nous écrivions à propos de la lanoline : « Insistons sur le cas de la lanoline. Qu’est-elle ? La plupart d’entre nous n’en savons rien. Les fabricants de crème pour les seins (comme pour les crèmes à raser d’ailleurs !) en font un argument de vente alléchant avec la mention « lanoline 100% naturelle ». Parfait. Nous allons donc éclairer votre lanterne : la lanoline est de l’extrait de glandes sébacées de mouton ! Mais qui prend en charge – et en quels lieux – la traçabilité des extraits de glandes sébacées de mouton dont on enduit généreusement les seins des mamans et que leurs enfants avalent goulûment ensuite pendant tout leur allaitement ? Nul ne le sait « 

    Mais la lanoline n’est qu’une des substances douteuses auxquelles nos nourrissons sont exposés. C’est ainsi que d’une manière plus générale nous recensions dans ce livre toutes les substances douteuses qui pouvaient les affecter, tant sur le plan de l’alimentation que sur celui des contacts dermatologiques. Par le biais des crèmes et produits destinés aux mamans notamment, que le bébé absorbe en tétant.

    Nous avions alors été amenés à conseiller la lecture du « Le petit Guide Vert des bébés bio » édité par l’Association Environnement de France qui peut-être être d’une aide précieuse pour les mamans soucieuses de préserver leur nourrisson de contacts nocifs.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Un coup de jeune dans la lutte contre l’obsolescence programmée…et abusive.

    C’est d’abord la Commission européenne qui s’attaque aux pratiques commerciales inadmissibles des industriels du ...

    L’imagerie médicale OUI, l’irradiation massive et cancérigène : NON !

    L’Autorité de sûreté nucléaire a lancé, à tous les professionnels et acteurs de santé, ...

    Menaces environnementales (annexe de la page 9 du livre)

    Recensement et identification des menaces environnementales sur la santé publique.  Télécharger le document