Un Rapport sur les grandes tendances de l’Environnement en France

    ENVIRONNEMENTLe ministère de l’Ecologie fait paraître un Rapport qui « à l’approche de la conférence Paris-Climat et à l’issue de la Conférence environnementale », démontre « l’urgence d’agir » et la nécessité que soient diffusées le plus largement possible certaines données car « la connaissance et le partage de l’information sont la condition des choix démocratiques ».

    Ce rapport s’ouvre sur une série de chiffres dont nous extrayons les plus significatifs et qui demandent réflexion : la population a augmenté de 13% en France en 24 ans (chose étonnante puisqu’on sait que le taux de fécondité des femmes françaises est inférieur à 2,1…), celle des voitures particulières de 35% pour la même période, celle des abonnés au téléphone mobile de 1200% depuis 1997 (70 millions d’utilisateurs actuels), 93% de nos cours d’eau sont pollués par les pesticides, nos glaciers eux, ont suivi une évolution inverse : certains ont diminué de 59% en 100 ans, 20% de nos espèces animales sont menacées, nous perdons tous les jours l’équivalent de 180 terrains de football de bonne terres agricoles au profit de l’urbanisation, nous observons 2 semaines de décalage précoce pour nos vendanges et nous passés de 79730 Mwatts à 102100 Mwatts en 10 ans…Mais Dieu merci, le nombre de castors a été multiplié par presque 4 en 10 ans, dans le même temps nous avons utilisé 10 fois moins de sacs plastique, 4,7% de nos exploitations agricoles sont engagées dans une démarche « biologique » (en fait naturelle), 98% des zones de baignade sont conformes à la réglementation, il y a 85000 ressources bibliographiques publiques sur le portail Toutsurlenvironnement.fr et nous comptons 4000 événements annuels en France pendant la semaine du développement durable…..

    Après cet exposé sur quelques aspects contrastés de la situation dans laquelle nous nous trouvons, le Rapport proprement dit se divise en deux grandes parties intitulées :

    1/ La Connaissance s’améliore – le bilan reste très contrasté
    2/ Les Actions – Initiatives locales et solutions à long terme

    Au titre de LA CONNAISSANCE, quatre chapitres recensent l’état des lieux.

    – Le premier s’intéresse à « L’eau, l’air et le sol, – l’Empreinte de l’homme » et présente toute une série de constats sur l’évolution et l’état de ces éléments fondamentaux essentiels à la Vie.
    – Le second étudie la « Biodiversité » et souligne la pression subie par les milieux naturels
    – Le troisième évalue « les Ressources naturelles » et s’interroge sur la demande croissante dont elles font l’objet.
    – Le quatrième enfin évalue les « Risques » et conclut à la situation exposée de la France.

    Au titre de la deuxième grande Partie : « Les ACTIONS – Initiatives locales et Solutions à long terme » nous trouvons trois chapitres principaux

    – Le premier évoque les efforts entrepris et à consentir pour organiser une « Consommations et des Modes de Vie durables ».
    – Le second décrit les bienfaits à attendre d’une « Economie Verte »
    – Le troisième anticipe sur la mise en œuvre de « Territoires moins exposés »

    Chacun de ces 7 principaux chapitres se démultiplie en différents recueils de données, analyses et préconisations, décisions et actions qu’on découvrira dans le document joint qui restitue l’intégralité de ce Rapport

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    6 semaines d’immobilisation de plus grâce au tabac. Chouette, non ?

    L’AAOS-American Academy of Orthopaedic Surgeons apporte une nouvelle preuve des méfaits du tabagisme : ...

    Dépêche du C2DS sur l’accord signé à l’issu de la COP21

    Un événement historique Les 195 pays du monde ont signé samedi un accord qui ...