• Mention légale

    Ce document est protégé par le Code de la propriété intellectuelle et ses dispositions sur les droits d’auteur. La SCS Primum Non Nocere détient l’exclusivité de ces droits. Toute reproduction, représentation ou diffusion par quelque moyen que ce soit est interdite et constitue le délit de contrefaçon.

Prévention santé des salariés

Prévention santé des salariés

Et si la « prévention santé » des salariés passait par un partenariat entre établissements de santé et employeur ?

En tous cas c’est l’idée qui a conduit la clinique Saint Martin de Vesoul à mettre en place un partenariat avec « Les tréfileries » de Conflandey pour réaliser des bilans de santé au bénéfice des salariés de l’entreprise, au titre de la prévention.

Cet accord est intervenu après que la clinique ait été rachetée par le Groupe C2S qui étend son activité en Bourgogne-Franche-Comté et Rhône-Alpes et gère 14 cliniques.

Des check-up facilités

Bien sûr la médecine du travail garde toute sa place. Il s’agit simplement d’une activité complémentaire de check-up, les moyens techniques de la clinique permettant aux salariés de passer radios ou scanner si besoin est.

Bénéfices de temps et de lieu puisque le check-up sera réalisé en un même lieu, et plus rapidement.

Un suivi

Au vu des résultats enregistrés et synthétisés sur tous les salariés, la clinique pourra proposer à l’entreprise un programme d’amélioration des postes de travail, de prévention des accidents du travail, comme elle pourra identifier plus facilement la source éventuelle de maladies en relation avec les conditions de travail et faire des propositions ad hoc.

Un exemple à suivre

Le groupe C2S et ses 14 cliniques, sui cette expérience avec un vif intérêt. Des résultats obtenus naîtra sans doute une extension à tous les autres établissements du groupe.

Du côté d’Amazon 

La démarche d’Amazon est d’abord financière : réduire le coût des problèmes de santé de ses salariés. On ne se refait pas…. Ainsi Amazon a déjà signé un accord avec J.P Morgan et Berkshire Hathaway pour améliorer la santé de ses salariés… tout en réduisant les coûts
Le géant américain voudrait même créer ses propres cliniques médicales. Aussi ouvre-t-il cette année une « clinique pilote » à Seattle (siège social de l’Entreprise) et pour ses 45.000 salariés. Des médecins seront embauchés qui y seront chargés dans un premier temps d’examiner un groupe d’employés sélectionnés. Au vu des résultats, le dispositif sera ensuite étendu à d’autres salariés début 2019.

Ainsi Amazon espère-t-elle faire d’une pierre deux coups :

  • réduire les frais de santé qui lui incombent
  • offrir des « soins préventifs et des conseils à son personnel en matière de régime alimentaire ou de pratique sportive par exemple ».

Le but de la démarche est simple : «  maintenir ses employés en bonne santé et éviter qu’ils aient besoin de se rendre chez le médecin ou à l’hôpital ». CQFD. 

Au-delà de Amazon…

C’est APPLE, entreprise tentaculaire, qui veut réaliser son propre réseau de centres de santé. Suivie par General Motors qui s’est entendu avec Henry Ford Health System à Détroit pour réaliser le même projet à l’intention de ses 24.000 salariés.

La démarche de tous ces grands Groupes a toujours la même finalité : réduire les dépenses de santé. Pourquoi cette obsession, indépendamment de la recherche d’une rentabilité maximum propre au système libéral ?

Parce-que les États-Unis « dépensent presque deux fois plus dans les soins de santé que d’autres pays riches parce que les médicaments, les équipements et même la rémunération des médecins, coûtent plus cher outre-Atlantique » affirme un rapport publié aux USA.

Rapport qui poursuit :  » [Les États-Unis] ont des dépenses considérablement plus élevées, les pires résultats en matière de santé pour la population et le moins bon accès aux soins de tous les autres pays riches ».

Le coût des médicaments.

C’est ainsi que les dépenses de chaque Américain pour les médicaments qui s’élèvent à 1.443 dollars en moyenne, dépassent largement les dépenses des autres nations consenties sous cette même rubrique : soient entre 466 et 939 dollars par habitant.

Le fait que les médicaments des marques les plus répandues coûtent deux fois plus cher qu’ailleurs dans le monde, n’est peut-être pas étranger à cette situation inacceptable.

Le coût des Assurances santé

Mais ce n’est pas le seul facteur lié à cette volonté indécente qui fait passer le profit avant toute autre considération et qui fonde la culture américaine :

  • La hausse du coût de la santé a provoqué une hausse de 10% des primes d’assurances entre 2000 et 2006
  • Cette hausse du coût de la santé a entraîné une explosion des primes d’assurance de 10% par an entre 2000 et 2006.
  • les primes annuelles moyennes de couverture santé pour une famille américaine ont atteint 18.764 dollars en 2017 (contre 11.500 dollars en 2007), en hausse de 3% sur un an.

Quand on sait qu’environ 60% de ces sommes sont déboursées par les employeurs, on comprend qu’ils cherchent désespérément de mettre en place un nouveau système de santé sur lequel ils auraient la mainmise quasi absolue.

Notre commentaire

Quelles que soient les motivations qui ont conduit à cette initiative elle nous paraît aller dans le bon sens. En effet, mieux que de financer une Mutuelle qui ne fait que prendre en charge les actes curatifs, ce type de partenariat cliniques/hôpitaux/établissements de santé en général et employeurs nous semble très prometteur.

  • D’une part pour la santé des collaborateurs qui bénéficient d’un meilleur suivi
  • D’autre part pour la relation employés/entreprise qui ne peut que s’améliorer du fait que l’employeur se montre soucieux de la santé de ses salariés
  • Parce-que c’est l’amorce d’une nouvelle voie de financement des établissements de santé qui sont actuellement en difficulté financière pour la plupart.
  • Parce-que c’est aussi un moyen d’optimiser les dépenses de santé en privilégiant la prévention et un accompagnement personnalisé.
  • Et enfin parce-que cela permettra d’améliorer la qualité des soins par une offre dont on sera en mesure de tester l’efficacité…

Le système de santé peut devenir ainsi le pilier de la promotion de la santé dans les entreprises et autres organisations. C’est un nouveau modèle économique en santé très prometteur. Nous ne pouvons que l’encourager.

 

Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

  • Voir les commentaires

Ads

Vous pourriez aimer aussi

L'emploi dans la transition écologique

L’emploi dans la transition écologique

26.000 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 65 Millions d’emplois d’ici 2030 ! Où ...

L'innovation dans les administrations françaises “stimulée” par Bloomberg Philanthropies ?

La RSE : gagnant/gagnant pour tout le monde

Une étude issue du service « France Stratégie » attaché au Premier Ministre vient d’être publiée ...

Une Charte de l’Environnement : pourquoi faire ?

ERI 360° : Un label qui nous veut du bien

ERI 360° : Un label qui nous veut du bien.   Ce Label ERI 360°, ...