I-SATIS est né ! C’est le premier indicateur de satisfaction des patients hospitalisés.

    OQHCDès 2014 les établissements de santé MCO vont adopter cet indicateur I-SATIS. Tous les résultats individuels et nationaux recueillis seront disponibles en novembre 2014 sur le site d’information des usagers Scope Santé.

    Sera mesurée la satisfaction des patients hospitalisés dans les domaines suivants :

    • attitudes des professionnels,
    • communication avec les professionnels
    • information du patient,
    • restauration hospitalière,
    • commodité de la chambre,
    • score de satisfaction globale.

    Rappelons que depuis 2011 une expérimentation sur l’indicateur de la satisfaction des patients hospitalisés au sein des établissements de santé, publics et privés a été entreprise par la direction générale de l’offre de soins (DGOS). Tant dans le domaine de la médecine, de la chirurgie ou de l’obstétrique (MCO). La démarche qui se met en place reposera sur une enquête téléphonique annuelle initiée environ 4 semaines après la sortie du patient. Elle sera confiée à un institut de sondage indépendant qui utilisera un questionnaire national publié au J0 du 22 juin 2012. Cette démarche est déjà en œuvre en  2013, à titre facultatif puisque reposant sur l’engagement volontaire des établissements de santé. Une liste des établissements de santé non éligibles, compte tenu de leur activité minimum, est à la disposition du public. D’autre part, l’Agence technique de l’information sur l’hospitalisation (ATIH) met à la disposition de chaque établissement de santé la plateforme « I-satisfaction » pour faciliter la démarche.

    La Haute Autorité de Santé s’est engagée à publier les résultats I-SATIS. Excellente initiative. Pour notre part et dans la suite logique de ces nouvelles dispositions, nous rappelons ce que nous écrivions dans une article du 24 mai 2011 :  » Les enquêtes de satisfaction sont devenues indispensables pour que le citoyen puisse enfin faire entendre sa parole concernant la façon dont il est traité par le système de santé français et surtout pour corriger sa propension naturelle à l’organisation endogène, nombrilique, c’est à dire à se mettre au centre du système au lieu d’y mettre le patient. A quand la création de cet Observatoire de la Qualité Hospitalière (O.Q.H) que nous appelons de tous nos vœux depuis si longtemps ? « 

    Nous ne nous sommes d’ailleurs pas contentés de le réclamer….nous l’avons créé.

     » Nul n’est prophète en son pays ?  » Le dicton n’est pas toujours vrai. C’est ainsi qu’on pourra découvrir dans l’article du Quotidien du Médecin (en lien) le véritable « plébiscite » accordé par les patients aux enquêtes de satisfaction que nous avons entreprises sous l’égide du C2DS. Même son de cloche dans la revue Hospimedia (le lien) qui reprend les termes que j’avais utilisés à l’Assemblée Nationale suivant lesquels notre initiative consistant à mettre en place cette enquête de satisfaction auprès des patients hospitalisés, s’était avérée  » extrêmement positive et un peu étonnante »« . Sans aucunement pouvoir être qualifié de « prophète » nous revendiquons notre rôle d’anticipateur ou de « lanceur d’alerte ». Et la création de I-SATIS confirme que nous avons été entendu.

    Olivier TOMA – PRIMUM-NON-NOCERE

     PJ : Rapport OQH 1ere et 2ème campagnes

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    Scanner, Mammographies, Cancer : complicité sournoise ?

    C’est en tout cas, ce que dénonce la littérature médicale de ces dernières semaines, ...

    244 millions € pour 183 nouveaux projets environnementaux

    Le programme LIFE+, autrement dit, le Fonds de l’Union européenne pour l’environnement vient d’obtenir ...