Satisfaits…ou remboursés ???


    Satisfaits…ou remboursés ???Une mesure qui laisse perplexe : le questionnaire de satisfaction après hospitalisation.

    L’ EXPRESS  a récemment ouvert un intéressant débat sur le thème suivant : « 2011, tous les établissements de santé seront soumis à une enquête de satisfaction auprès des patients. Approuvez-vous cette loi ?« 

    Ainsi que cela se pratique déjà aux USA, au Canada et au Royaume Uni, les établissements de santé, toutes spécialités confondues, distribueront un questionnaire commun, obligatoire et détaillé, censé mesurer la satisfaction des patients hospitalisés. Soient 150 000 malades tous les ans, environ 120 patients par établissement, interrogés 15 jours après leur hospitalisation. Les urgences étant exclues.

    Le questionnaire comportera 36 indices qualitatifs généraux classifiés en : « très », « assez », « peu » ou « pas » satisfait. L’enquête se déroulera téléphoniquement et anonymement sur des patients pris au hasard. Son coût est estimé à 1 600 euros environ par an et par établissement, cette somme, toujours d’après l’article de l’Express daté du 4 Novembre 2010, serait prise en charge par l’Agence Technique de l’Information sur l’Hospitalisation (ATIH) !  …..

     


    L’année 2011 sera celle de « l’apprentissage », explique le ministre de la santé. En fait cela signifie qu’en 2011 on disposera d’un indicateur national mais qu’il faudra attendre 2012, au mieux, pour obtenir un indicateur établissement par établissement. Affiché dans tous les établissements l’indicateur permettra un classement sous forme de note globale (A, B, C ou D) et devrait être consultable sur le site Internet du Ministère de la Santé.

    Le Ministère refusant d’utiliser la coercition envers les établissements, compte sur leur volonté de transparence pour mettre cette enquête en place. L’auteur de l’article remarque cependant que cinq ans après son lancement, l’enquête nationale sur les infections nosocomiales est ignorée par certains établissements. Quant à la loi « Hôpital, patients, santé et territoire », qui prévoit des sanctions – notamment pénalisation à hauteur de 0,5% du C.A – pour les établissements récalcitrants,  elle n’a encore jamais été appliquée !

    En fin d’article l’Express estime que le poids des média et la publication de nombreux palmarès dans la presse écrite, risque de peser plus lourd que les menaces du ministère…et il interroge ses lecteurs pour connaître leur avis. Nous avons notre petite idée sur le sujet à Primum-Non-Nocere mais nous aimerions connaître le vôtre. Donc n’hésitez pas à réagir à cette information.

    Olivier TOMAPrimum Non Nocere

    • Voir les commentaires

    Vous pourriez aimer aussi

    tva produits bio

    TVA et produits bio

    Et si on supprimait la TVA sur les produits « bio » ? C’est une question qu’on ...

    antibiorésistance

    Antiobiorésistance : un défi pressant à relever.

    Antiobiorésistance : un défi pressant à relever. La situation actuelle. Alexander Fleming a découvert la ...