VACCINER INTELLIGENT ?Nous signalons une vidéo tout à fait exceptionnelle qui a eu les honneurs du Journal TV 19/20 de FR3  le Vendredi 02.décembre et que vous pourrez visionner en suivant le lien que nous vous indiquons.

    Cette vidéo réunit l’intervenante, un directeur de laboratoire pharmaceutique, deux patientes et le Pr Luc Montagnier. Et qu’y entend-on ? Des évidences, pour les lecteurs de Primum-Non-Nocere mais des évidences qui ont dû faire siffler les oreilles de beaucoup dans le monde de la santé en France.

    Les voici résumées ici :

    –          il y a des procédés qui permettent de réduire les risques et les effets secondaires

    –          et de se faire vacciner pour rien (!).

    –          On constate que les Français sont de plus en plus nombreux et de plus en plus méfiants par rapport à aux vaccins.

     Moyennant quoi pour en revenir au bon sens en ce domaine, il suffit

     –          de pratiquer une prise de sang « simple et peu onéreuse »

    –          de tenir compte des antécédents de la personne, de son niveau de nutrition et de son état de santé avant de vacciner.

     Ce qui entraînerait dans l’avenir

    –          la mise en place d’une vaccination au « cas par cas » et

    –          la fin des campagnes de vaccinations massives.

    –          chaque personne disposerait d’un « calendrier vaccinal personnel » puisque chacun de nous réagit de façon spécifique sur le plan immunologique et qu’il faut en tenir compte.

     Mieux. Voici quelques éléments de réflexion qui montrent que la vaccination de masse, n’est pas seulement inutile dans la plupart des cas, mais proprement inutile.

    Il a été démontré qu’il suffit de pratiquer une CRP (recherche de la C.Reactive Protéine) et une VS (Vitesse de Sédimentation) avec recherche des AC (Anti-Corps du vaccin envisagé), pour constater que presque tous les patients sont immunisés !

    Ce qui veut dire que l’imposition du « calendrier vaccination » est proprement scandaleuse.

    Quelqu’un (dont on peut deviner facilement les motivations) a décidé qu’il fallait une injection tous les mois, tous les ans, etc…..ce qui explique sans doute la santé florissante des fabricants de vaccins dont les plus célères ont presque réussi à se faire passer pour des bienfaiteurs de l’humanité !

    Mais il n’y a aucune réalité scientifique derrière de telles pratiques.

    On est   immunisé soit parce qu’on a rencontré le germe  soit parce qu’on a déjà reçu UNE SEULE injection.

    Les pratiques officielles en ce domaine évoluent donc entre celle de l’apprenti sorcier….et de l’escroquerie généralisée.

     Pour en revenir à l’émission elle même, constatons qu’une telle initiative « grand public » à une heure de « grande écoute » aurait été impensable dans un passé tout proche. Mais voilà, la grande campagne du H1N1 – où s’illustra l’inénarrable Roselyne Bachelot – et ses scandales politico-financiers à l’échelle internationale, est passée par là et a réveillé nos concitoyens de l’illusion collective dans laquelle les avait plongés les génies de la communication politico-industrielle.

     Le mythe de la vaccination massive et obligatoire, dont les grands groupes pharmaceutiques nous avait persuadé qu’elle constituait une panacée universelle, semble avoir vécu.

     Et c’est tant mieux car nous soutiendrons toujours inconditionnellement les initiatives qui limitent les risques, les coûts, les médicaments, à résultats égaux et dans le plus grand respect des citoyens et des patients.

    Olivier TOMA – Primum-Non-Nocere

    Tags:

    • Après avoir dirigé plusieurs établissements de santé, il crée en 2005 le Comité de Développement Durable en Santé (C2DS). En 2009, il fonde l’agence de conseil Primum Non Nocere©, qui accompagne les établissements sanitaires et médico-sociaux dans la mise en d'une démarche de développement durable. Auteur de deux ouvrages : "Le développement durable et solidaire en santé" et "Hippocrate, au secours", il est également un artiste-peintre confirmé, avec plus de 600 œuvres à son actif exposées de Paris à New-York. Mais Olivier Toma, c'est avant tout le pionnier du développement durable en santé. Voilà près de 20 ans qu'il œuvre pour impulser une dynamique de développement durable dans les structures sanitaires et médico-sociales. Il est d'ailleurs à l'origine de la première éco-clinique de France respectant le label HQE, et a également créé le diplôme universitaire «Droit et gestion du développement durable en santé», à l’université de Montpellier. Engagé et passionné, il est force de propositions, d'idées et d'outils concrets mais il est surtout porteur d'une volonté farouche de créer un futur aux établissements sanitaires et médico-sociaux dans le respect du développement durable : " Imaginons un centre de lutte contre le cancer construit avec des matériaux non cancérigènes, une maison de retraite nettoyée à l’aide de produits moins nocifs pour les résidents qui les inhalent et les professionnels qui les manipulent, qui saurait trier et recycler ses déchets, évacuer de façon saine tous ses effluents, recycler les quantités colossales d’eau qu’elle consomme. Imaginons une clinique conçue en harmonie avec son environnement et fonctionnant avec des énergies vertes, ou encore un hôpital n’utilisant que des dispositifs médicaux exempts de toute toxicité, qui ne se contenterait plus d’une approche curative mais s’appliquerait à rendre ses patients acteurs de leur propre santé au travers d’actions d'éducation et de prévention,...'' Riche de convictions, Olivier Toma a l'art de convaincre et transmettre cette envie d’agir dans un seul objectif : faire avancer les hommes vers un monde meilleur et durable.

    • Voir les commentaires (0)

    Ads

    Vous pourriez aimer aussi

    Les Phtalates : invisibles, inodores mais omniprésents et dangereux….

    Quand ARTE nous confirme la dangerosité des Phtalates Voici quelques extraits d’une émission que ...

    Parabènes et MI : mêmes fléaux ?!?

    Dans un de ses récents numéros le « Quotidien du Médecin » (12.05.2014) attire l’attention sur ...